42,195 bonnes raisons de courir au Japon

La course à pied, c’est un peu comme le fromage, le vin ou le chocolat. Il y a ceux qui aiment et qui pourraient en parler des heures et ceux qui ne comprennent pas. Il y a les accrocs, les drogués, les amateurs, les pointilleux, les frimeurs. Mais s’il y a un paradis sur terre pour les coureurs de fond, c’est probablement le Japon. Voici 42,195 bonnes raisons de courir, et tout spécialement au Japon.

TokyoMarathon2013

1 – Parce que Japon rime avec Marathon. Tout le monde connait l’histoire grecque à l’origine du Marathon et personne ne reniera aux Américains l’avènement du jogging dans les années 70-80 (retenons tout de même que c’est un néozélandais Arthur Lydiard qui introduit les bases du running et du jogging dans les années 60-70) mais l’archipel nippon regorge aujourd’hui de marathons (probablement plus de 100 mais il est difficile de les lister).

2 à 5 – Parce que vous pouvez courir facilement aux quatre saisons : Au printemps, sous les cerisiers et les pruniers, avec un climat tempéré, parfait pour la course à pied. En été, pour suer et éliminer puis se faire saucer par une bonne mousson tropicale. En automne pour rêvasser sous les momijis. En hiver au climat sec et ensoleillé, parfait pour compenser les repas trop chargés.

6 – Parce que si vous avez de la chance, courir au Japon cela peut être cela :

FujisanMarathon

7 -Parce que, première leçon d’humilité, quand vous vous faites doubler par un petit garçon japonais de moins de 12 ans, vous croyez d’abord que vous allez le retrouver quelques dizaines de mètres plus loin, essoufflé, et vous avez déjà préparé en prévision le plus sympa de vos sourires paternalistes mais un peu condescendants mais lorsque vous finissez par le retrouver 4 km plus loin, tout frais en train de s’étirer, vous saisissez la notion d’abnégation à la japonaise et il ne vous reste qu’à vous incliner avec un sourire … admiratif.

8 – Parce qu’il n’y a qu’au Japon que vous pourrez trouvez un marathon pour Robots :

9 à 14 – Parce que vous vous régalerez à effectuer la boucle de 5km autour du Palais Impérial. Imaginez un peu : un tour de 5km ininterrompu, en plein centre de Tokyo, qui vous permet d’admirer non seulement les jardins du Palais Impérial mais aussi les gratte-ciel qui entourent la gare en briques rouges de Tokyo, les douves du Palais, les cygnes qui s’y prélassent, les cerisiers qui les bordent, un bonheur pour tout coureur qui aime le mix de asphalte / nature. Dans le genre aussi jouissif en pleine ville, on pense à Central Park à New York, Bowen Road pour admirer la skyline de Hong Kong ou aux sentiers côtiers de Sydney près de Bondi Beach.

15 – Parce que, deuxième leçon d’humilité, vous n’en reviendrez pas du nombre de septuagénaires ou octogénaires qui courent au Japon … et pas seulement en trottinant. Lorsque, très fier de moi, j’ai regardé les photos extraites de ma course lors du Marathon de Tokyo 2013, j’eus la désagréable sensation d’être un petit jeune entouré de vétérans …

16 – Parce que, et cela vaut pour de nombreuses grandes villes à travers le monde, c’est un bonheur que de découvrir la capitale nippone en y courant en son sein un marathon. Même si vous n’oubliez pas de souffrir une partie du temps, c’est un luxe immense que de pouvoir déambuler librement dans les grandes artères tokyoïtes, en y découvrant comme il n’est possible qu’une seule fois dans l’année quelques uns de ses plus beaux joyaux. Ce fut d’ailleurs la première fois que j’observais pendant une course de nombreux coureurs, pour la plupart japonais, s’arrêter pour prendre en photo tel ou tel monument. En mon for intérieur d’occidental patenté, je ne pus m’empêcher de penser à cet instant : eh bien ça fera tous ceux-là de doublés …

17 – Parce que il n’est jamais désagréable d’observer les coureuses kawai nippones, souvent fort bien apprêtées pour leur course à pied. Toujours un formidable booster lorsque vous êtes un peu fatigué. Deux apartés ici : le premier, ma chérie, c’était juste pour voir de manière pernicieuse si tu me lis toujours avec autant d’acuité. Le second, dédicace à mon ami C., les avions de chasse ne sont pas la propriété exclusive de l’Australie.

18 – Parce que courir au Japon cela peut être aussi cela :

TokyoMarathon

19 – Parce que n’en déplaise au défunt Steve Jobs, l’inventeur du baladeur est japonais. Et, en bonne victime du marketing, lorsque Sony a sorti son casque avec lecteur mp3 intégré (et donc sans fil), je me suis dit dans un coin de ma tête, j’en ai rêvé, ils l’ont fait. Depuis, les Gorillaz, MGMT, Sufjan Stevens, Noir Désir, Michael Jackson, Foster The people, ou encore Led Zep  accompagnent mes foulées … bon je le concède je ne suis pas encore assez tatamisé pour courir avec dans les oreilles du AKB48, fer de lance de la pop nippone ou encore avec le son du fameux shamisen à 3 cordes …

20- Parce que, lorsque vous courez, ce sont également vos pensées qui vagabondent sereinement et que vous ne pourrez vous empêcher de vous imaginer avec à vos côtés Haruki Murakami en train de préparer son Autoportrait en coureur de fond.

21 – Parce que des semi-marathons, il y en a une flopée également

22 – Parce que courir le marathon de Tokyo, c’est se rendre compte de la formidable capacité d’organisation des Japonais, de leur chaleur et de leur accueil. Plus de 35 000 coureurs au départ et une course fluide sans stress, dans la bonne humeur et l’humilité (comme toujours dans l’univers de la couse de fond). Des volontaires à profusion, des concerts partout, des encouragements constants, bref une des plus belles courses (sur mes … 2 marathons ! mais parmi plein d’autres courses plus modestes comme la magnifique Marseille-Cassis) à laquelle j’ai participé. Pour les JO 2020, Gambate Tokyo !

23 – Parce que si jamais vous n’avez jamais couru sur un stade,  un entrainement avec le Namban Rengo un mercredi soir sur la piste d’Oda près de Shibuya est une vraie expérience. Sans exagérer, ce sont plusieurs centaines, peut-être au delà du millier de coureurs qui s’y croisent, de tous niveaux, dans une atmosphère sportive, voire compétitive, mais toujours bon enfant. Vous pouvez y poser vos affaires sans craindre de vous les faire voler, c’est aussi ça le Japon. L’endroit idéal pour vous essayer au fractionné motivé par l’émulation ambiante.

24 à 25 – Parce que Adidas, Nike et New Balance peuvent aller se rhabiller … ici on parle Asics (Anima Sana in Corpore Sano) et Mizuno

26 – Parce que courir au Japon cela peut être encore cela :

OsakaMarathon

27 – Parce que plutôt que la classique Pasta Party pour précéder la course, au Japon, vous pourrez faire une Udon Party ou une Sushi Party !

28 – Parce que, expérience étonnante, la seule fois où je fus arrêté dans ma boucle autour du palais impérial, ce fut par le passage d’un carrosse précédé et suivi de magnifiques chevaux blanc. J’appris plus tard qu’il devait s’agir d’un diplomate ou d’un ambassadeur étranger se rendant au palais pour faire signer ses lettres d’accréditation auprès de l’empereur Akihito. Tout le Japon résumé à nouveau en une scène : A ma gauche le palais impérial, à ma droite un flux de voitures incessant et l’immense gare de Tokyo, derrière moi des joggers dans leur tenues modernes et sophistiquées et devant moi un carrosse qui n’aurait pas détonné du temps de Louis XIV

29 Parce qu’il n’y a qu’au Japon que l’on peut voir des chaussures de running comme cela  – qui poussent le détail jusqu’à la semelle intérieure :

OsakaMizunoShoe

30 à 40 – Oui, bon, si vous avez déjà franchi la barre des 30km en courant, vous savez que les choses commencent à devenir floues à ce moment là. Si vous avez atteint ce point de l’article, je vous félicite également pour votre endurance. Comme ces 10km que vous franchirez dans un état second, tel un mur insurmontable par la conjugaison d’efforts, de fierté et d’orgueil, vous serez alors bien incapable de trouver 10 nouvelles raisons de courir au Japon, un seul objectif, la ligne d’arrivée.

41 – Parce que c’est à un Japonais que l’on doit cette incroyable histoire du plus lent marathonien de l’histoire, Shizo Kanakuri qui mit 54 ans, 8 mois, 6 jours, 32 minutes, 20 secondes et 3 dixièmes pour finir le marathon des JO de Stockholm en 1912. Pour la faire courte, alors qu’il avait déjà mis 18 jours pour venir de son archipel en bateau, il disparut au 30eme km de ce marathon atroce. Souffrant d’un malaise, il fut recueilli par une famille suédoise. Il s’endormit chez eux et ne se réveilla que le lendemain. Honteux, il décida de rentrer incognito au pays … ce n’est que 54 ans plus tard qu’un journaliste suédois le retrouva au Japon et qu’une cérémonie fut effectuée pour qu’il puisse terminer sa course !

42- Parce que vous voyez la ligne d’arrivée, qu’elle vous tend les bras mais que vos jambes, elles, n’y sont pas !

Quoi, je vous ai parlé de 42,195 bonnes raisons ? Ou sont passées les 0,195 restantes ? Vous vous sentez floué(e) par cette approximation ? Et bien ces 195 mètres qui vous  séparent de la ligne d’arrivée, c’est un apogée très égoïste, un triomphe bien modeste mais difficile à partager, un laps de temps où l’émotion fait oublier tous les efforts, un court moment de plénitude qui vous parait une éternité et qui vous donnera envie de recommencer. Japon, Guatemala ou Tanzanie, vous planez bien au dessus de ces considérations géographiques, vous avez atteint le nirvana du coureur et pourrez déclarer ensuite doucement mais fièrement, quel que soit votre temps, que vous êtes marathonien comme tant de Japonais.

Liens utiles  :

- Une liste assez exhaustive de Marathons au Japon
- Une autre liste intéressante et commentée
- L’association Namban Rengo : le meilleur club où courir pour les étrangers à Tokyo
- 10 bons spots pour courir au Japon
Publicités

Comments

  1. Julie ollivier says:

    Eh oui chéri, je lis toujours tout ! Fini la course à pied et les petites Kawai!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :